Il m’arrive souvent de voir de très belles mosaïques, mais même si on me les offrait très souvent je ne sais pas où je pourrai les mettre.

Il est souvent difficile d’accorder une mosaïque avec une décoration existante, sauf dans les jardins et les terrasses qui en général offre de la place sans décoration particulière, en cela vient du fait qu’une mosaïque est généralement massive et souvent de taille conséquente, nous allons voir comment l’alléger pour la rendre plus facile à intégrer dans un intérieur.

La différence entre mosaïque et peinture

En mosaïque il est difficile de faire des détails fins, et si l’on ne veut pas un style naïf il faut donc augmenter la taille de l’oeuvre pour pouvoir augmenter les détails donc le réalisme.

Il en va de même pour les couleurs, le peintre mélange ses couleurs pour obtenir celle désirée, le mosaïste lui fait avec les couleurs que lui offre la matière utilisée et s’il veut faire des dégradés, il est là encore obligé d’utiliser un grand format afin de mélanger des tesselles de tons différents.

Dernière différence notable c’est la visibilité du motif : le manque de finesse dans le trait, le peu de couleurs disponibles ajouté à la fracturation causée par les joints, tous ces éléments ont tendance à rendre le tracé moins « net ». Il faut donc utiliser des fonds sobres et contrastés afin de ne pas faire une représentation « floue » et donc peu lisible.

Nous allons essayer en tenant compte de ces éléments de rendre nos mosaïques aussi facile à intégrer qu’une toile ou une aquarelle.

  • Première astuce travailler sans fond :

Pour cela nous avons deux méthodes :


Soit découper le support selon la forme du motif en utilisant une scie à chantourner (voir détails sur chantournage sur le blog jolis copeaux)


Ou bien utiliser la méthode sur filet puis en découpant le filet une fois le motif terminé. Vous collerez au ciment colle sur votre mur, si ce n’est pas possible pour les petites mosaïques, vous pourrez les jointer en premier puis en les retournant délicatement tartiner le dos de ciment colle en y noyant une attache pour la suspendre au mur. Vous pouvez même sur cette couche de ciment colle rajouter un filet que vous recouvrirez à nouveau d’une fine couche de ciment colle, vous le rendrez ainsi plus résistant.

  • Deuxième astuce dans le même esprit ne pas faire le fond en mosaïque :

Pour ne pas avoir cet effet massif que produit la juxtaposition des tesselles dans un cadre carré ou rectangulaire, il suffit de ne pas faire le fond en mosaïque, vous pouvez simplement peindre le support avec un ton approprié (la peinture acrylique est idéale pour cela).

Vous pouvez utiliser aussi le serviettage, coller du tissu, coller du sable, ou faire un « crépis avec du ciment colle coloré, appliqué à l’éponge ou au couteau de peinture. La seule règle à respecter est un contraste suffisant avec un effet de fond relativement unis qui mette en valeur le motif. Par exemple n’utilisez pas un tissu à pois jaune pour faire le fond d’un bouquet de mimosa !

Vous pouvez aussi collez votre mosaïque directement sur une toile de peinture.

Voici des illustrations des différents effets que l’on peut obtenir en partant d’une mosaïque existante (montage photo)

  • Troisième astuce, simplifier vos dessins :

    site http://www.la-maison-de-manon.com/
    Les Arlésiennes de Leo Lelée site maison de manon

Sans obtenir forcément un dessin naïf vous pouvez styliser vos motifs, pour illustrer je prendrai l’exemple des Arlésiennes de Leo Lelée, (voir image du site la boutique de Manon)  au lieu de dessiner des yeux grossiers, suggérez les avec un trait, choisissez le profil ou une silhouette, dessinez au trait, réduisez les couleurs et choisissez-les en fonction de la pièce où la mosaïque devra être placée.


Vous allez pouvoir maintenant intégrer cette donnée à mon sens importante « une belle mosaïque au bon endroit » je suis persuadé que vous allez trouver d’autre astuces pour résoudre ce problème et j’espère que que vous n’hésiterez pas à les partager avec nous sur les commentaires.

Jacques

8 réponses pour “Trois astuces pour mieux intégrer une mosaïque à votre déco !”

  • Bonjour
    je vous poste un commentaire de jean-charles avec une photo qu’il m’a fait parvenir :


      j’ applaudis à cette idée, d’ autant plus que je l’ ai utilisée il y a 2 mois pour réaliser cette ‘tête de cheval’ que je voudrais vous montrer. Jean-Charles

    mosaïque Jean-Charles

  • Merci Jacques pour ces conseils que je ne manquerai pas de mettre à profit pour mon prochain travail, je suis consciente d’avoir encore beaucoup de progrès à faire mais c’est très motivant.
    A bientot

  • Une fois de plus ton nouvel article est fort intéressant. Moi qui peins effectivement je me suis rendu compte de la difficulté de faire apparaître des détails en mosaïque par rapport à la peinture. Effectivement je suis d’accord avec toi sur le fait de styliser le plus possible de dessin et de parfois ne pas faire le fond en mosaïque, l’effet est réussi dans le quatrième exemple que tu nous montres. Je vais essayer de réaliser une mosaïque sur un des murs en pierre de ma maison et je vais m’inspirer de tes conseils. Merci encore !

    • J’ai vu les photos de ta table,
      le résultat est sympathique, les points que tu pourrais améliorer:
      Sur le fond essayer d’avoir des joints plus régulier ce qui ferait mieux ressortir les motifs.
      Pour la tortue, il faudrait faire les contours extérieurs plus régulier, l’oeil identifie en premier lieu ces zones c’est donc là où il faut obtenir un trait bien régulier, ce qui donne un motif bien net, les tesselles posées à l’intérieurs donnent un effet de masse donc elles peuvent accepter plus d’irrégularités sans pénaliser le dessin.
      jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *