Voici un article qui va intéresser tout les passionnés de mosaïque, je vais vous présenter une nouvelle matière : LA LITOVI

Il est assez rare de pouvoir rencontrer un nouveau produit dans le domaine de la mosaïque.

Avant proposlitovi

Avant toute chose je tiens à vous préciser que je n’ai pas testé cette nouvelle matière, n’ayant pu obtenir des échantillons.

J’ai donc découvert comme vous allez pouvoir le faire vous même la Litovi sur le site internet MOSAISTREET.

J’ai été intrigué par ce que j’ai vu, et je pense que vous allez partager mon enthousiasme en ce qui concerne cette matière.

Présentation

Pour vous donner une première idée, il faut classer la Litovi dans les matériaux destinés aux mosaïstes qui ont déjà utilisé les marbres ou les émaux vénitiens.

Elle est vendue sous forme de tablettes carrées de 13 cm de côté et de 2 cm d’épaisseur. Entre 750 gr et 850 gr la pièce .

Outillage nécessairelitovi

Vu le format, la marteline et le tranchet sont bien sûr les outils de base, la coupe est similaire à celle des galettes de smalt.

Un coupe verre vous sera utile pour pré-découper les tablettes, si vous sautez cette étape vous risquerez fort de vous retrouver avec un gros pourcentage de morceaux inutilisables !

Une fois dégrossi vous pourrez aussi utiliser vos pinces à molettes ou de bonnes pinces mosaïstes pour ajuster vos tesselles.

Vidéo de présentation de la coupe du site mosaistreet

Visiter le site mosaistreet ou commander

Visiter le site mosaistreet ou commander

Avantages et inconvénientslitovi

Vous allez me dire quoi de neuf ?

Ce matériau se situe entre le marbre et les émaux vénitiens

Visuellement l’aspect se rapproche de celui du marbre d’après ce que j’ai pu voir sur les photos. Plutôt mat avec des irrégularités.

Et pour ce qui concerne la palette de couleur, c’est le paradis !

78 couleurs de bases déclinées chacune en 12 teintes cela vous fait un nuancier de 936 couleurs à votre disposition.

Oui vous ne rêvez pas c’est le genre de choix que vous ne trouvez que dans les gammes de smalts !

Etant donné que c’est une matière manufacturée sa densité doit être régulière donc sa coupe doit être plus facile que celle de certains marbre ou granits.

Tout ceci était positif, mais la médaille aillant toujours un revers :

Le nuancier vous coûtera pas moins de 80 € et si j’ai bien compris vous n’aurez que les 78 couleurs avec nuance la plus soutenue !

La tablette vous coûtera de 9,90 € à 40,50 € suivant la teinte !

Aux dires du fabricant :

 c’est un matériaux résistant à toutes les conditions d’utilisation, que ce soit en intérieur ou en extérieur, au sol ou au mur.

………..

Créée par une mosaïste pour les mosaïstes, la litovi a pour vocation d’élargir les possibilités des mosaïstes en proposant une alternative pertinente aux matériaux traditionnels, qui réponde autant aux exigences des clients (qualités esthétiques, résistance, facilité d’entretien) qu’à celles des mosaïstes professionnels et amateurs avertis (qualités esthétiques, facilité de taille et d’approvisionnement).

Conclusionconclusion

Voilà mon impression en fonction des informations à ma disposition.

Cela me parait être un très bon produit, avec une gamme de couleurs qui ouvre des possibilités de création quasi illimitées.

La pauvreté de la palette de couleur étant si souvent une source de frustration pour les mosaïstes.

Qu’il ne soit pas disponible en tesselles prédécoupées, en fait un produit pour des utilisateurs avertis qui utilisent déjà la marteline.

Le prix peut sembler dissuasif, bien que je pense qu’il soit moins élevé que celui des émaux vénitien, mais il me semble que le prix est bien souvent négligeable en rapport avec le temps passé.

Pour un travail professionnel cela n’est pas un problème en regard des avantages, quand aux amateurs le plus souvent ils travaillent sur des petits formats ce qui diminue l’incidence du prix de la matière.

Personnellement je vous encourage donc si vous le pouvez à tester.

Et si vous avez déjà testé ce serait sympa que vous nous donniez votre avis dans les commentaires, merci d’avance.

Jacques et Elisabeth