Vous avez certainement déjà réalisé pour bon nombre d’entre vous vos premières mosaïques. Vous avez investi beaucoup de temps et vous souhaitez les conserver dans leur état d’origine le plus longtemps possible.

Je vous propose aujourd’hui de voir comment faire pour avoir des mosaïques qui résistent au temps.

Les supports

Pour tous les travaux destinés à l’intérieur, les supports en bois sont les plus pratiques, personnellement je préfère le médium (MDF) ou l’aggloméré par rapport au contreplaqué qui est souvent voilé dés l’achat.

Pour l’extérieur, les intempéries sont le principal ennemi, humidité, dilatation, il faut donc éviter tous ce qui est absorbant.

Sur les murs, travail au filet et pose au ciments colle, c’est l’idéal, les bois marine sont mieux que les bois ordinaires ils peuvent faire l’affaire pour les travaux extérieurs qui reste cependant abrité de la pluie, si ce n’est pas le cas mieux vaut éviter le bois.

wedi

panneaux wedi

Il existe aussi les supports en résine mais onéreux et difficile à mettre en oeuvre  par contre un bon compromis est possible avec les panneaux wedi. Les panneaux wedi se trouvent chez les marchants de matériaux, ils sont destinés à faire les habillages de baignoires et sont conçus pour être carrelés. Facile à couper avec une scie ou un cutter, et ils sont léger.

Il est aussi possible d’utiliser le béton, ou le métal avec une colle qui reste souple.

le choix des tesselles

En intérieur aucune limite tous les matériaux imaginables peuvent être utilisés, juste choisir des matière plus facile à entretenir pour les tables, plateaux et plan de travail.

En extérieur à proscrire  :

Tous les matériaux poreux, comme terre cuite, faïence, certaines pierre naturelles.

Les colles et ciments

En ce qui concerne les colles et les ciments, aux vus du temps passé à réaliser la mosaïque il est fortement conseillé de n’utiliser que des produits haut de gamme et de très bonne qualité. Le surcoût est minime et le dégâts causés par des produits de mauvaise qualité sont souvent irréversible.

Nous avons choisis de travailler avec la marque Mapei (ce n’est pas la seule à proposer de très bon produits), nous utilisons pour coller, du ciment colle keraflex S1, ou keralastic (métal et pvc), et aussi du bicomposant kerapoxy. Pour les joints nous avons choisi l’utracolor + qui nous permet de faire des joints jusqu’à 2cm de large sans fissurer avec une finition lisse ou bien le kérapoxy.

le nettoyage

Une fois votre mosaïque terminée, après l’avoir laissé sécher au moins 24h, il faut procéder à un bon nettoyage, au minima avec du vinaigre blanc, voire avec de l’acide chloridrique dilué. Toutes traces de ciments doivent être éliminées. Une fois cette opération terminée laisser sécher parfaitement avant de traiter.

la protection

cire starwax

cire starwax

Les protections définitives : J’y suis personnellement opposé car elles modifient l’aspect de la mosaïque et sont irréversibles, vous pouvez soit recouvrir d’une résine transparente soit passer un vernis.

Protection temporaire : C’est la méthode que je choisis personnellement, il s’agit de passer une cire transparente pour protéger des tâches et de l’humidité. Cette méthode est temporaire car si vous nettoyez votre mosaïque avec un détergent vous ferez disparaître la cire et vous devrez renouveler le traitement. La cire n’altère pas la mosaïque , elle peut être retirée par un lavage profond, elle ne modifie pas l’aspect de la mosaïque, et laisse un touché doux, et un léger satiné.

J’utilise personnellement la marque Starwax, « le baume embellissant marbre », passé en deux couches fines au pinceau puis lustrée à la peau de mouton.

 

Voilà en souhaitant que, vos œuvres vieillissent bien, ce qui fera peut être le bonheur des archéologues des siècles à venir !

Si vous avez des solutions n’hésitez pas à les partager en dessous dans les commentaires,

merci d’avance

Jacques