Une mosaïque est composée de trois éléments :

  • Un motif
  • Des tesselles (matière, forme et couleur)
  • Des joints

Dans cet article je vais vous donner des conseils sur le dernier élément LES JOINTS

L’importance des joints

Beaucoup de personnes négligent l’importance des joints d’une mosaïque, c’est une erreur !

Il ne faut pas chercher à les supprimer, ils font partie intégrante du résultat, ils contribuent pleinement au résultat obtenu, de part leur taille, leur régularité, leur couleur.

Une mosaïque sans joint ne serait pas une mosaïque : Pas de joint = pas de tesselles. Ne vous méprenez pas, si vous avez choisis de travailler en taillant vos pièces de manière à ce quelles soient en contact, sans espace, le joint est toujours là, c’est la fracture, la démarcation entre deux tesselles. Pour simplifier nous dirons une mosaïque sans joint dans le paragraphe qui suit.

sans joints

exemple sans joints

Mosaïque sans joint (toutes les tesselles se touchent)

Ce style de travail demande beaucoup de précision quand à la coupe, mais au-delà de cet aspect il existe aussi des contraintes techniques :

  • La mosaïque sera plus fragile car il n’y aura pas de ciment joint pour bloquer les pièces entre elles
  • Les espaces ainsi libres vont se remplir avec le temps de salissures
  • La mosaïque sera très sensible à l’humidité, l’eau pourra s’infiltre à sa guise entre les tesselles

Par prudence je vous conseille de n’utiliser cette méthode que pour des mosaïques verticales (tableaux ou fresques murales) et qui ne seront pas soumises aux intempéries. (je vous laisse imaginer le résultat avec un plateau de table, après avoir renversé un verre de vin !)

Régularité des joints

exemple de joints de largeur variable

exemple de joints de largeur variable

La régularité des joints est importante, vos joints doivent avoir la même dimension sur l’ensemble de votre travail, si ce n’est pas le cas cela va avoir tendance à rendre le motif plus difficile à se détacher du fond. Vous pouvez cependant choisir deux tailles de joint, une pour le motif et une pour le fond.

 

Vous pouvez aussi choisir des joints irréguliers, mais vous devez prendre soins à ce moment d’établir une fourchette : vos joints feront par exemple entre 2 et 5 mm attention il faudra veiller à ce que cela reste harmonieux, éviter la concentration de joint large ou de joint fin dans une zone !

 

Taille des joints

Pour un travail qui est destiné à l’extérieur ou pour un sol je vous recommande des joints de 2 mm au minimum, en dessous le ciment joint risque d’avoir du mal à bien combler les joints jusqu’au fond et vous risquez des infiltrations d’eau !

exemple joints fins et réguliers

exemple joints fins et réguliers

Vous pouvez aussi dans une mosaïque, utiliser des joints pour préciser des détails, souligner une forme, ou suggérer une ombre : dans ce cas je conseille de doubler la taille du joint (passer de 1 à 2 mm par exemple), ces joints plus larges vont ainsi attirer le regard plus que les autres et vont modifier le rendu de la mosaïque.

Couleur des joints

Vaste sujet et là j’ai bien peur de vous décevoir, un critère essentiel entre en ligne de compte et il est complètement subjectif :

Le goût de chacun en matière esthétique !

je vais malgré tout vous donner quelques pistes.

Les classiques dans ce cas vous ne prenez pas beaucoup de risque :

  • Le blanc
  • Les Gris ( Gris ciment et gris clair)
  • Les beiges (vanille, ton pierre, blanc cassé)

Ce sont des valeurs sûres, tenez compte d’un point, plus ils sont contrastés avec la couleur du fond, plus celui ci sera visible, et vice versa.

exemple 1 avant réalisation des joints

exemple 1 avant réalisation des joints

Cas très classique vous venez d’achever votre mosaïque, et vous êtes satisfait, vous craignez que les joints gâchent le rendu final, le meilleur choix est alors le gris ciment, un gris moyen c’est la couleur qui se rapproche le plus de l’ombre provoqué par l’absence du ciment joint.

Si vous êtes dans le doute il vous reste deux solutions

  • Vous avez un bon logiciel de retouche d’image, prenez la mosaïque en photo et colorez les joint, vous aurez une bonne vision du résulta avec différentes couleurs.
  • Si vous n’avez de logiciel, saupoudrez votre mosaïque avec du joint en poudre, la plus part du temps il a presque la couleur finale, vous pourrez le retirer avec votre aspirateur et essayer un autre ton.

 

Coloration d’un joint blancSi vous souhaitez colorer vous même vos joints, choisissez un joint en poudre et des pigments en poudre mélangez bien et faite un test (prévoir plus de joint car difficile de refaire la même couleur) une règle ne pas dépasser 3% en poids de pigment pour conserver les propriétés du joint (100 gr de joint 3 gr max de pigments).

exemple 2 avant réalisation des joints

exemple 2 avant réalisation des joints

Vous pouvez utiliser aussi des colorants liquides pour peinture, ou de la peinture acrylique, colorez de préférence l’eau en premier.

A noter vous n’obtiendrez que des ton pastel, pour des couleurs vive achetez directement la couleur voulue.

Pour ce qui est de la conservation des joints, c’est un dérivé du ciment qui peu se conserver en général 12 mois à l’abris de l’humidité, après vous risquez d’avoir un produit qui à perdu ses propriétés.

Enfin, choisissez toujours des joints de très grande qualité, plus chers, mais vous en consommerez peu et puis il est presque impossible de refaire les joints d’une mosaïque, donc évitez des économies qui risquent de gâcher votre travail !

J’espère que cet article aura répondu à vos attentes, si ce n’est pas le cas n’hésitez à poser des questions ou à partager vos astuces !

 

Jacques